PRÉSENTATION

  • : PHOTONATUREFONTAINEBLEAU
  • PHOTONATUREFONTAINEBLEAU
  • : Environnement
  • : Un site au service de la nature de celles et ceux qui l'apprécient. Des articles remettant au goût du jour "la leçon de choses". Guide naturaliste je vous fais partager mes expériences,et mes observations faites principalement au sein de la forêt de Fontainebleau.Vous trouverez également sur ce site des pages consacrées, à l'histoire, à la préhistoire, à la gestion forestière parfois approximative du massif forestier, à la chasse et à ses excès.
  • Contact
  • Retour à la page d'accueil

MODULE de RECHERCHES

LA BOÎTE À DOCU

PHOTOGRAPHIES

DIAPORAMAS SONORISÉS

LES SONS DE LA NATURE

DÉFENSE NATURE

HISTOIRE PRÉHISTOIRE

COUPS DE CŒUR

-Chasse photo

  Fontainebleau le 3 12 2011

 

 

 

 

 

CHARTRE DES CONCOURS PHOTOGRAPHIQUES


 

 

 

 

 

Je cite :

 

La présente charte des concours a été mise au point dans le souci de voir respecter les usages et les intérêts des auteurs d'œuvres utilisées dans le cadre de leur participation à un concours.


Dans le domaine des Arts Graphiques et Plastiques et de la Photographie, un concours est une compétition ouverte à un nombre non limité de personnes auxquelles il est demandé de créer une œuvre répondant à des critères fixés dans un règlement. Un choix est ensuite opéré par un jury qui attribue une récompense aux auteurs des œuvres sélectionnées.

Ces concours sont effectués dans un but de promotion de la photographie, ou d'un type de photographie. Ces concours, en général sponsorisés par un ou plusieurs partenaires financiers, ne doivent pas pouvoir se substituer à une prestation commerciale. En particulier, ils ne doivent pas avoir pour but de constituer des photothèques, de servir à la communication commerciale d'un diffuseur, sans que ce dernier verse les droits correspondants à l'auteur.

 

 

Lisez la suite sur :

 

 

logoUPP.gif

 

 

 

Publié dans : -Chasse photo
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Fontainebleau le 22 septembre 2011 


 

 

CONSEILS POUR OBSERVER DE PRÈS LES CERFS DURANT LE BRAME

 

 

 

Vous êtes nombreux à me faire parvenir des courriels afin de connaître les bons coins pour observer de près des cerfs au moment du brame.


Le brame constitue pour ces grands animaux une période cruciale.


Les dérangements occasionnés par les observateurs et les photographes peuvent perturber la vie de ces quelques herbivores que veulent bien nous laisser l'administration forestière et leurs obligés : les chasseurs.


Ne nous leurrons pas, les animaux du massif forestier de Fontainebleau sont (même en temps normal) des animaux stressés.

Pas une parcelle, pas un recoin, ne sont à l'abri de cette foule envahissante, sillonnant le massif.

Ne se vente t-on pas de ces millions de visiteurs par an, parcourant le massif  !

D'ici quelques décennies la forêt de Fontainebleau, s'il reste encore des arbres sur pied, pourra être comparée au Bois de Boulogne.

 

  Boutissaint-septembre-2011.jpg

 

La photographie animalière est une école faite de patience, ou plutôt de persévérance.

En effet, la patience veut, qu'au bout de plusieurs heures d'affût, un animal se présente.

La persévérance est toute différente, car au bout de plusieures heures si aucun animal ne se montre, le photographe attendra encore, et encore au risque de ne rien voir apparaître !

 

Boutissaint-septembre-2011--1-.jpg

 

Comment faire alors si vous êtes impatient et ne montrez pas de signes de persévérance ?

Simple, très simple, quittez la forêt et allez en parc de vision.

Les animaux sont prisonniers, mais bien souvent l'espace qui leur est alloué  est considérable.

Vous pourrez alors dans des conditions proches de la réalité vous excercer à la photographie et approcher les animaux.

 

Ci-dessous un cas extrème !

 

 

BOUTISSAINT SEPT 2011 (3)

 

Je ne suis pas favorable au développement des parcs, des zoos, des cirques et autres structures où sont parqués des animaux.

Je m'exprimerai plus longuement à ce sujet dans un billet spécifique. Avant d'aborder ce thème je dois dire que je réfute absolument le rôle de protection et de sauvegarde que pourraient jouer ces structures.

Ces entités quelles qu'elles soient, détenant des animaux, sont là pour faire de l'argent et rien d'autre, nous sommes bien d'accord.

Elles pratiquent ce qu'il est admis d'appeler de l'écoblanchiment ou  greenwashing


 

    BOUTISSAINT-SEPT-2011--8-.jpg

 

Je ne suis pas chargé de faire la promotion de tel ou tel parc, c'est à vous de faire les recherches pour découvrir l'endroit où les animaux sont les mieux traités.

Sachez que beaucoup de photographes, et non des moindres, utilisent les services de ces parcs, pour réaliser des photos qu'ils ne pourraient faire dans la nature.

Les photos de loups, de lynx, d'ours illustrant les revues sont pratiquement toutes faites en parc !

 

 

BOUTISSAINT SEPT 2011 (9)

 

Les parcs permettent  d'observer les animaux de près et de réaliser des prises de vues impossibles à faire avec des sujets en liberté

 

BOUTISSAINT SEPT 2011 (7)

 

IMPORTANT

 

N'oubliez pas qu'en fréquentant ces structures vous cautionnez indirectement ceci

Vos allez peut-être reconnaître "votre" beau cerf.

Dommage !

 


Mes-iamges-04-030.jpg

 

 

Mes-iamges-04-031.jpg

 

 

 

La doc n'est pas avare de poncifs éculés !

 

Mes-iamges-04-034.jpg

 

 


 

 

 

 

À bientôt les amis sur photonaturefontainebleau.

 

 

 

Publié dans : -Chasse photo
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires

Fontainebleau le 24 aout 2011

 

 

CONDUITE À TENIR EN CAS DE MORSURES DE TIQUES 

 

creation-jeanpoule-photonaturefontainebleau_tiques-copie.jpg


 

Le contexte.

Les photographes naturalistes font partie de l'une des populations la plus fortement exposée aux morsures de tiques.

 

nadar.jpg


Les naturalistes et les photographes appelés également chasseurs photographes fréquentent obligatoirement les lieux où sont cantonnés les animaux porteurs de ces parasites et leurs lieux de passage.

C'est donc là que les attendent ces "sales bestioles".

 

tique Source cliché Wikipedia


Leur attaque est toujours silencieuse et indolore.

Leur présence n'est révélée que lors d'un examen attentifdu corps de la "victime" pratiqué sitôt après la sortie en forêt.


 

danger tiques foret (4)

 

 

Le savez-vous ? : Plus le temps de fixation de la tique sur le corps est long, plus grand est le risque de contamination !


Notez bien : les problèmes de santé ne doivent jamais être pris à la légère.

C'est pourquoi vous devez toujours faire référence à des sites de confiance sur la toile durant vos recherches.


Ces sites sont référencés à l'aide du logo :

HON.

Vous pouvez également vous rendre sur :

www.santepratique.fr


Conseil. fuyez absolument les forums où chacun y va de ses connaissances empiriques de la médecine.

Les études pour devenir médecin sont parmi les plus longues existantes, et je ne pense pas que les médecins ou les étudiants en médecine aient assez de temps libre pour fréquenter ces forums.


La meilleure solution en cas de problème de santé est de consulter son médecin traitant.

 

 

 

 

Les risques.

Les tiques ont la particularité de véhiculer dans leur salive tout un tas de "cochonneries" capables de nous rendre malade ou pire de nous faire mourir si des soins ne sont pas prodigués à temps.

 

N'étant pas médecin  cet article se borne à vous donner des conseils pour vous débarrasser des tiques et c'est tout.

 

Vous pouvez, si vous le désirez, vous rendre sur les sites référencés en fin d'article où vous pourrez obtenir de plus amples renseignements sur les dangers représentés par les morsures des tiques.

 

 

 

Le savez-vous : il y a en France 5318 personnes tuées (chiffre officiel de 2006) suite à des accidents de la circulation routière.

Je ne constate pas de changement de comportement de la part de mes semblables au volant, bien au contraire, à l'énoncé de ces chiffres catastrophiques.

Les tiques font parler d'eux, les "journaleux" en rajoutent une couche, entraînant des mouvements d'opinions  irrationnels à leur sujet.


Il y a des risques mais ne dramatisons pas.


 

danger-tiques-foret--2-.jpg

 Dermacentor reticulatus "récolté" le 21 août 2011

 

 

 

 

Les tiques.

Ce sont des parasites hématophages vivant aux dépends des hôtes qui les accueillent.

Elles font partie de la classe des arachnides (comme les araignées ) et de la sous classe des acariens  

Elles se fixent et se nourrissent de leur sang grâce à leur rostre.

 

photo_04.jpg

 

Gros plan d'une tête de tique fait au microscope électronique à balayage
© Thierry Thomasset - Université de Technologie de Compiègne

 


Les tiques se rencontrent principalement dans les zones boisées, sans toutefois être absentes des zones périurbaines.

Elles vivent dans la végétation en attendant que passe à proximité un animal sur lequel elles pourront se fixer.

Elles disposent d'organes  capables de détecter les proies potentielles

(Organe de Haller).

Une fois fixées sur leur proie, les tiques vont percer la peau et prélever le sang de leur victime pour s'en nourrir.

Ce repas peut durer une semaine, pendant ce temps la tique grossit et prend de l'embonpoint.

Ce prélèvement de sang insignifiant pourrait être ignoré mais c'est sans compter avec la salive de la tique.

La tique au moment du prélévement injecte un anesthésiant (point à vérifier) et de la salive contaminée.


C'est cette salive qui pose problème !

 


 

 

 

 

 

 

 

Conduite à tenir après une morsure.


- détacher la tique de la peau avec précaution ;

- donner des consignes précises à la personne chargée d'enlever la tique ;

- détruire la tique en l'écrasant avec un objet dur ;

- désinfecter soigneusement l'endroit de la morsure ;

- surveiller attentivement l'évolution de la zone mordue les jours suivants ;

- noter sur votre carnet de sorties ou carnet de santé, les endroits, les dates des morsures, et la durée estimée de fixation sur la peau avant leur découverte ;

- CONSULTER un médecin en cas de rougeur ou de renflement à l'endroit de la morsure.

***


Si vous ne dormez plus la nuit à la suite de cette morsure, allez chez le médecin, il saura vous rassurer.


 

 

 

Je n'ignore pas qu'il n'est pas pédagogique de citer ce qu'il ne faut pas faire mais mieux vaut éviter toutes méprises.

 

Ce qu'il ne faut pas faire.


- retirer la tique à mains nues ;

- entrer en contact avec le sang ou les liquides régurgités par la tique ;

- exercer une pression sur l'abdomen de la tique pendant l'extraction ;

- prendre à la légère une morsure de tique ;

- laisser une tique sur le corps sous prétexte que cela peut attendre ;

- faire preuve d'une excessive timidité et hésiter à faire retirer une tique mal placée par une personne étrangère à son entourage ;

- ne pas expliquer clairement à cette personne ce que vous attendez d'elle ;

- "endormir" la tique avec un produit quelconque ;

- désinfecter avant d'avoir retiré la tique ;

- pincer la tique ou l'écraser lors de l'extraction de la peau;

- écraser la tique avec les ongles;

- écraser la tique avec un objet destiné à la préparation des repas

- se précipiter agir sans méthode pour l'extraire et laisser les pièces buccales de la tique dans la peau ;

- essayer avec une épingle ou autre de retirer les pièces buccales  rompues dans la peau ;

- jeter la tique à la poubelle sans la tuer ;

- jeter la tique dans les toilettes ou le lavabo de la salle de bain sans l'avoir tuée, elles savent très bien nager !

- ne pas consulter le médecin en cas de rougeur locale ou étendue intervenant après la morsure.


 

danger-tiques-foret--1-.jpg

 

 

Moyens utilisés pour détacher la tique.

 

Pour la détacher sans la blesser, sans l'écraser, et sans laisser ses pièces buccales dans la peau (point important) vous pouvez vous servir dans l'ordre de :

 

- fil à coudre intérêt de la méthode : 1/5 (moyen de fortune sur le terrain)

 

- pince à épiler  intérêt 2/5

 

- pince à écharde intérêt 3/5

 

- dispositif spécial tique intérêt 5/5 le top !

 

 

 

Procédure à suivre avec le fil à coudre.


Le fil à coudre est un moyen de fortune.

Pour obtenir ce fil, vous pouvez le détacher de vos vêtements.

Faites une boucle, passez délicatement cet anneau autour de la tique serrez modérément et exercez une traction .

Si possible désinfecter ou placer un pansement adhésif.

Tout est affaire de doigté !

N'oubliez pas de tuer la tique en vous servant d'un objet dur sans entrez  en contact avec les liquides émis.

Noter emplacement morsure, date, heure,  durée de présence sur le corps.

Le carnet de terrain renseigné

 

danger-tiques-foret--3-.jpg

 


 

danger-tiques-foret.jpg

 

 

 

Procédure à suivre avec la pince à écharde ou la pince à épiler


Saisir la tique délicatement avec la pince le plus près possible de la peau.

Tirer doucement mais fermement.

Là aussi c'est une affaire de doigté.

Désinfecter

Tuer la tique en se servant d'un objet dur sans entrer  en contact avec les liquides émis.

Noter emplacement morsure, date, heure,  durée de présence sur le corps.

 

 

danger-tiques-foret--6-.jpg

 

danger-tiques-foret--7-.jpg

  792px-Tick_Twister_O-TOM_Tire_Tic.jpg

Source image : Wikipedia

 

 

Méthode à suivre avec la pince spéciale tiques.


De nombreuses marques proposent de tels dispositifs à des prix parfois prohibitifs !

Ce petit accessoire ressemble à un pied de biche, outil destiné à enlever les clous des charpentes.

Engager le crochet, en le tenant verticalement, sur la tique.

Faire une rotation lente sans tirer jusqu'au moment où la tique se décroche de la peau.

Tuer la tique sans entrer en contact avec les fluides émis par la tique.

Désinfecter.

Noter emplacement morsure, date, heure,  durée de présence sur le corps.

 

 

 

danger-tiques-foret--5-.jpg

 

Après l'extraction.

 

Désinfecter la morsure mais également les accessoires ayant servi à extraire la tique.
 

 

 

 

Mesures préventives.

 

Mis à part le port de vêtements fermés, les mesures préventives ne peuvent être que rarement appliquées par les chasseurs photographes fréquentant immanquablement les zones où sont présents les animaux et leurs parasites !


Rechercher SYSTÉMATIQUEMENT la présence de tiques sur le corps APRÈS CHAQUE SORTIE en forêt ou en campagne !


Bon à savoir : Il semblerait y avoir des peaux de photographes plus sensibles aux attaques des tiques que d'autres ;-)


 

 

 

 

Pour résumer.


Après chaque sortie pratiquer une inspection approfondie du corps 

Extraire la tique avec précaution.

La détruire.

Désinfecter le lieu de la morsure.

Noter l'endroit de la morsure, la date, l'heure, et le temps de fixation.

Surveiller le lieu de la morsure les jours suivants.

Consulter son médecin traitant si une rougeur persistante s'installe.

Toutes les tiques mordent ou piquent mais toutes ne sont pas infectés


 

 

 

 

LIENS DÉFINITIONS ET ARTICLES CONNEXES

 

 

 

 

PLAQUETTE INFORMATION 

Intérêt 4/5

 

CONDUITE À TENIR FACE À UNE MORSURE DE TIQUE. 

Intérêt 5/5

 

 MALADIE DE LYME ET BORRELIOSE

intérêt 5/5

 

HAUT CONSEIL DE LA SANTÉ PUBLIQUE

Intérêt 5/5

 

PRÉVENTION CONTRE LES MALADIES À TIQUES  

Intérêt 3/5 

 

 TIQUES ET MALADIES A TIQUES INRA

 

WIKIPEDIA

 

AUTRE LIEN

 

MALADIES VECTORIELLES À TIQUES.

 

 

 

 

 

À bientôt les amis sur photonaturefontainebleau


Le site de référence de la forêt de Fontainebleau


 

 

 

Publié dans : -Chasse photo
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires

 

 

 

 

TÊTE À TÊTE AVEC UN BROCARD EN FORÊT DE FONTAINEBLEAU


 

 

Voici en images, une rencontre que je viens de faire en forêt de Fontainebleau ces jours derniers.

 

Je marche le plus discrètement possible sur une ancienne coulée, à peine marquée sur le sol de ce pré-bois, pour rejoindre mon poste d'affût.

Soudain, mon regard est attiré par une tache blanche, tranchant sur le vert des Fougères aigles.

 

Il s'agit de la "barbichette" d'un brocard.


 

Sans-titre-1.jpg

 

Il ne bouge pas d'un pouce, les yeux et les oreilles braqués dans ma direction.

 

Je n'aperçois que sa tête, noyée dans cet "océan" de fougères .

 

Je venais juste de soulever une branche, pour me glisser dessous et continuer ma progression, lorsque je l'ai aperçu.


Cagoule sur la tête, filet de camouflage sur le reste du corps, je m'immobilise immédiatement.

 

Le tête à tête, sans que je puisse bouger, dure cinq minutes au bas mot. C'est long, très long, sans bouger d'un pouce !

 

L'animal, ne bouge toujours pas, inquiet, il cherche à identifier l'origine de ce mouvement.

 

Pendant ce temps, les muscles contractés commencent à me demander grâce.

 

Enfin il se décide à bouger la tête, ouf !

 

Il reprend tranquilement sa progression, puis disparaît de ma vue.

 

Je peux faire quelques légers mouvements, sous mon filet de camouflage,  pour me désankiloser, espérant le voir arriver.

 

Et soudain, il est là devant moi, à environ, 7 ou 8 mètres, le regard interrogateur.

 

 

2010.09.16_002_chevreuil_caoreolus_capreolus.jpg

 

 

Il cherche toujours à identifier le bruit de l'appareil photo, mais sans plus. Bouge légèrement le tête pour changer son angle de vison.

 

 

2010.09.16_005_chevreuil_caoreolus_capreolus.jpg

 

 

Puis d'un regard semble me dédaigner, quelle chance pour moi !

 

 

2010.09.16_010_chevreuil_caoreolus_capreolus.jpg

 

Il semble maintenant tout à fait rassénéré.


 

2010.09.16_011_chevreuil_caoreolus_capreolus.jpg

 

 

J'en profite pour peaufiner les réglages et le cadrage. Que ce mammifère est donc gracieux. Quelle faute de goût de procéder à la mise à mort d'un si bel animal.

 

 

2010.09.16_012_chevreuil_caoreolus_capreolus.jpg

 

Rassuré et confiant il glane par ci, par là, une petite feuille, un brin d'herbe, sans se goinfrer, car notre ami est un gourmet.


 

2010.09.16_025_chevreuil_caoreolus_capreolus.jpg


 

Se gratte, délicatement. Pas inquiet du tout.

Le chevreuil manifeste son inquiètude en déployant largement une zone de poils appelée miroir.


Je cite Robert Hainard, fin connaisseur des mammifères :

 

« pas de queue appréciable, poils des fesses érectiles, se déployant, par la frayeur surtout, en un "miroir" très blanc et très visible en hiver »


 

2010.09.16_026_chevreuil_caoreolus_capreolus.jpg


 

Bien entendu, cette prise de nourriture se fait toujours en prêtant une attention soutenue à son environnement, visuel, olfactif et sonore.


 

 

2010.09.16_028_chevreuil_caoreolus_capreolus.jpg

 

 

Il continue soigneusement, et méticuleusement sa toilette.


 

 

2010.09.16 029 chevreuil caoreolus capreolus

 

 

En gardant tout de même un œil sur l'intrus.


 

 

2010.09.16_030_chevreuil_caoreolus_capreolus.jpg

 

 

Glane un peu de feuillage en hauteur.

 

 

2010.09.16_033_chevreuil_caoreolus_capreolus.jpg

 

 

Puis, quitte les lieux aussi discrètement que lorsqu'il est arrivé.


 

 

2010.09.16_034_chevreuil_caoreolus_capreolus.jpg

 

 

Que du bonheur !

 

 

À bientôt les amis sur Photo Nature Fontainebleau.

 


Publié dans : -Chasse photo
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires

 

 

Observation  de Sangliers Sus scrofa en forêt domaniale des Trois Pignons

Le contexte.


Ces derniers jours en forêt domaniale des Trois Pignons, sur une platière. Rencontre matinale avec des Sangliers,.

 

IMG_0003-bis.jpg

 

 

Les événements.


Parti de très bonne heure en billebaude photographique, j'aperçois  à peine visible, dans les callunes, un animal.

 

Il s'agit en fait, de deux Sangliers, c'est sûrement le mouvement de leur queue, qui a attiré mon attention.


 

cadavres-exquis-0006-bis.jpg


 

Camouflé sous un filet, le visage dissimulé par une cagoule, je m'approche sur la pointe des pieds.

Ils sont très occupés, et ne prêtent pas attention à cette forme à peine visible, dans la légère brume de ce matin frais.

Il est 7 heures 30, d'habitude, dans ce secteur fréquenté, ils ont déjà regagné le couvert des arbres, étrange.

Je profite de l'occasion pour leur "tirer le portrait", tout en m'approchant.

La lumière est faible, je travaille en forte sensibilité.

À peine concernés, ils lèvent la tête de temps en temps, mais sans manifester d'inquiètude.


 

cadavres-exquis-0007-bis.jpg

 

Habituellement le sanglier fouille le sol tout en se déplaçant, là, ils restent au même endroit. Quelque chose doit retenir leur attention. Qu'ont-ils bien pu trouver.


 

cadavres-exquis-0014-bis.jpg


 

Le plus massif, jette un regard vers moi et cherche à prendre mon odeur, le bruit de l'appareil photo l'intrigue, le vent est bon, pas de crainte à avoir.


 

cadavres-exquis-0013-bis.jpg

 

Le regard devient plus insistant,


 

cadavres-exquis-0010-bis.jpg

 

 

Notre animal retourne bien vite à ses occupations. Il soulève quelque chose qui ressemble à une grosse branche.

 

 

cadavres-exquis-0016-bis.jpg

 

 

Changeant d'idée, nos deux compères quittent les callunes et se dirigent vers le couvert forestier. Ils ne vont pas manquer de traverser le layon, vite en position.

 

 

cadavres-exquis-0025-bis.jpg

 

  À ce moment précis, je suis repéré et détaillé sous toutes les coutures.

 

cadavres-exquis-0031-bis.jpg

 

Dans le doute, ils quittent les lieux avec empressement...

 

cadavres-exquis-0036-bis.jpg

 

 

Fin de la rencontre.

 

cadavres-exquis-0039-bis.jpg

 

 

La raison de leur présence sur ce lieu.

 

Il est temps d'aller voir ce qui a  motivé leur présence à cet endroit.

 

cadavres-exquis-0009.jpg

 

 

J'avoue y avoir songé, il s'agit du cadavre d'un animal, approchons nous, une forte odeur de charogne m'assaille.

 

 

cadavres-exquis 0050-bis

 

Voilà donc ce qui les retenait, un cadavre de biche, déjà bien entammé. Je suis revenu sur place dans la matinée, le soleil est bien haut, et les insectes nécrophages sont en action, dans les airs et sur la carcasse. Fidèles éboueurs, ces précieux auxiliaires œuvrent pour faire disparaître le cadavre.


 

cadavres-exquis 0012

 

 

Ils ne sont pas les seuls, le Renard roux Vulpes vulpes, est lui aussi passé là, et s'est déjà approprié la victime. Une crotte déposée bien en vue, marque sa propriété.

 

 

cadavres-exquis-0054-bis.jpg

 

 

À peu de distance, un morceau de crâne a été transporté et marqué par le Renard roux de la même façon.

 

 

cadavres-exquis-0057-bis.jpg

 

 

La nuit tombée, d'autres amateurs de "cadavres exquis", viendront ripailler là.

Mais c'est une autre histoire.

 

 

cadavres-exquis-0015.jpg

 

 

À bientôt les amis sur Photo Nature Fontainebleau

 


 

Publié dans : -Chasse photo
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires

Mots clés : poignée joystick, photo allongé sur le sol, bidouille simple.

 

 

Bricolage pour prise de vue allongé



 

 Le contexte :

 

Pour les affûts, pendant lesquels, le photographe est allongé, et dont la durée est supérieure à une heure, il est préférable d'être bien à l'aise pour réaliser les prises de vues.

 

L'idée générale.

 

Consiste à désolidariser la poignée joystick de son trépied, et à la placer sur un support plat, comme par exemple une planche de contreplaqué.

 

Historique.

 

Auparavant j'utilisais un sac de toile rempli de billes d'argile pour caler mon télé lors des affûts allongé. Ce dispositif n'offre pas la fluidité de mouvement que peut offrir la poignée joystick

 

La bidouille.

 

Il suffit de choisir un morceau de bois assez large est assez long, pour qu'une fois le téléobjectif et l'appareil placés dessus, il ne bascule pas.

Le télé et son appareil sont fixés sur la poignée elle même fixée à l'aide d'une vis au pas de 1/4 sur la planche.

Voici en image  cette bidouille très simple.

 

 

Les_bidouilles_chasse_photo_de_jeanpoule-0003  

 

 

Les_bidouilles_chasse_photo_de_jeanpoule-0004

 

 

Flèches jaunes trous pour le passage des vis et écrous de fixation sur la planche, en rouge le trou pour le passage de la vis maintenant la poignée.

 

 

Les_bidouilles_chasse_photo_de_jeanpoule-0006

 

 

Les_bidouilles_chasse_photo_de_jeanpoule-0007

 

 

Les_bidouilles_chasse_photo_de_jeanpoule-0008  

 

 

et voici ce qu'il est possible de réaliser...

 

 

Pic-vert_au_bain

 

 

À bientôt les amis sur photonaturefontainebleau.

Publié dans : -Chasse photo
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Mot clé: Chevreuil, Brocard, Chevrette, Vent, Direction du vent, Sous le vent, Vent tournant, Odeur,Approche, Billebaude, Météo locale,


 

Le vent en chasse photo, savoir le maitriser.



Une récente déconvenue, m'a incité à rédiger cet article, au sujet de la "maitrise" du vent en photo animalière.

5 heures, le réveil sonne, petit déjeuner rapide, mal réveillé, toilette ultra rapide dite "de chat" puis départ.
J'arrive dans la petite clairière où j'ai "rendez-vous" avec mon jeune brocard..."fait" en photo il y a quelques jours.


Maitrise_du_vent_010


Ce matin là, il avait été très coopératif, il faut le reconnaître...



Maitrise_du_vent_09


Mais aujourd'hui, pas du tout, j'avais pourtant "pris" le vent chez moi !

Je mets cela sur le compte de la peur qu'il a eu en me voyant arriver pratiquement en même temps que lui sur la clairière.

Déçu, je rebrousse chemin et me dirige vers une parcelle en régénération, aboiement d'un chevreuil, décidément ce matin je n'ai pas de chance, mais je ne prends pas la peine de contrôler le vent.

J'arrive aux abords des premiers layons, j'aperçois une chevrette, probablement celle que j'ai prise en photo le même jour que le jeune brocard (voir photos en fin d'article).

Tête relevée, inquiète, elle cherche par des mouvements latéraux à déterminer si cette masse camouflée fait ou non partie du décor. Puis aboiement et fuite.

Tout comme un débutant, je ne réalise pas que là aussi le vent a tourné, et la matinée, enfin, le début de matinée se passe ainsi. Au total ce sont 6 chevreuils, qui me fuiront ce jour là.

Si j'avais pris la peine de regarder ma girouette plus longuement, j'aurais constaté que le vent soufflait tantôt du sud, du nord, de l'est et de l'ouest et je serais retourné au lit, sachant qu'il était inutile de "traquer" le chevreuil !

il m'aurait suffit, la veille de consulter la météo locale, et j'y aurais vu ceci 


IMG_0123 copie

 


La colonne, située à l'extrême droite, indique la direction des vents, j'ai rajouté pour ceux, qui ne sont pas familiarisés avec ce genre de tableau, la signification des flèches.

 


Meteo copie


 

Comme je l'ai déjà écrit, seuls les prévisions de vents peuvent être prises vraiment au sérieux, en ce qui concerne leurs  directions.

Le reste des prévisions c'est à dire, la couverture nuageuse, les températures et la force des vents, laissent trop souvent à désirer, c'est le moins que l'on puisse dire.

Un vent bien établi permet, de définir son itinéraire de billebaude, et de surprendre les animaux, qui pour survivre se servent de leur odorat, cad les mammifères.

Et voici, en images la même progression sous le vent (en rouge). le vent est bien établi ce jour là !

Détection de l'animal

 


Maitrise_du_vent_21

 

 

Photos et approche.

 


Maitrise_vent_01

 

 

Maitrise_vent_02

 

 

Les photos sont à peine recadrées, elles ont été faites au 400 m/m

 


Maitrise_vent_04

 


La chevrette m'ignore complètement !

 


Maitrise_vent_05

 


Maitrise_vent_06

 

Elle finit de boire dans une flaque, puis regagne le couvert.

 


Maitrise_vent_07

 


À bientôt les amis pour de nouvelles aventures naturelles sur photo nature Fontainebleau.


Publié dans : -Chasse photo
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Mots clés : chasse photo, rotule, appareil photo, chute appareil, déclencheur,


 

  Modifications de la poignée joystick de manfrotto et des platines.


 

En lisant ces lignes, certains diront, quel gâchis, il est fou et puis d'autres comme bien souvent copieront et oseront franchir le pas consistant à modifier ce qu'un autre a pensé, décidé pour vous et vous a vendu !


Le contexte.

Perdre un appareil à cause d'une chute c'est ce qui a failli m'arriver avec cette poignée connue par les pratiquants de la chasse photographique.

Il s'agit d'une poignée révolutionnaire certes, mais qui avait ses inconvénients. C'est peut-être pour cette raison que le modèle, récent, présenté ci-dessous est une évolution de celui que je possède.



MA222

 


À l'origine l'objectif fixé sur une platine est installé sur la poignée. Un simple verrou maintient en place la platine, les chasseurs photographes se déplacent avec des impédimentas dignes du Sapeur Camember . Il arrive ce qui doit arriver, une maille du filet de camouflage ou un autre accessoire s'accroche dans le fameux verrou et... hop l'appareil est par terre !

De justesse, j'ai rattrapé l'appareil et son téléobjectif, en jurant que cela ne m'arriverait plus.

J'ai  réalisé cette bidouille qui empêche le décrochage intempestif de la platine et de son chargement.

Je précise à nouveau que cette modification concerne la toute première poignée mise sur le commerce il y a quelques années.


Les_bidouilles_chasse_photo_de_jeanpoule-0012  

Le verrou d'origine est remplacé par une clavette "sécurisée" (je n'avais pas encore réussi à utiliser ce terme à la mode, ouf c'est fait).

Pour ceux qui possèdent cette poignée ancienne voici comment il faut procéder :

 


Les_bidouilles_chasse_photo_de_jeanpoule-0009


Se débarrasser du verrou d'origine.

Mettre à la place un boulon percé, puis visser dessus un écrou enserrant une ficelle, comme ci-dessous.

 

 

Les_bidouilles_chasse_photo_de_jeanpoule-0010


Le blocage du boulon sur la poignée est assuré par un émerillon qui traverse le boulon.

Une ficelle assure la liaison entre  la tête du boulon, l'émerillon et la poignée joystick.

Ce montage évite la perte du boulon et de son émerillon.

 


Les_bidouilles_chasse_photo_de_jeanpoule-0011

 


L'émerillon et la ficelle sont vendus dans les magasins spécialisés en cerfs-volant.

Et voilà, impossible avec cette bidouille de perdre votre précieux matériel !

 

 

Deuxième bidouille.


Contexte.

Une platine mal serrée peut être la cause de la chute de l'appareil et du téléobjectif.

Pour rendre solidaires platine et objectif, il suffit de procéder à son blocage.

Pour cela il suffit de  percer un trou dans la platine. Après avoir alésé l'orifice vous y placez une vis dont le rôle est de bloquer la platine sur la semelle de l'objectif ou de l'appareil photo.

 


Les_bidouilles_chasse_photo_de_jeanpoule-0001

 


Les_bidouilles_chasse_photo_de_jeanpoule-0002

 


 Radical, une fois la platine mise en place sur la semelle de l'objectif, serrer l'écrou à oreilles, puis à l'aide d'un petit tournevis, serrer fermement la vis, sans exagérer.


Troisième modification.


Contexte.

Difficile à l'affut de : déclencher, diriger l'objectif vers le sujet à l'aide de la poignée joystick, et manipuler le zoom.

Il manque une main !

Je résous le problème en fixant le déclencheur électrique sur la poignée de cette façon.

 


Les_bidouilles_chasse_photo_de_jeanpoule-0013  

 


 

Les_bidouilles_chasse_photo_de_jeanpoule-0014  


 

Précaution : ne pas laisser dépasser les écrous dans le logement de la platine.

et voilà le tour est joué.

 


Les_bidouilles_chasse_photo_de_jeanpoule-0015  


À bientôt les amis sur photonaturefontainebleau.

Publié dans : -Chasse photo
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires


 

 

CONSTRUCTION D'UN AFFUT À MARTIN PÊCHEUR

 


Des amis possèdent un terrain boisé, non loin de la rivière  le Loing ( un affluent de la Seine ) .

C'est par le plus grand des hasards qu'ils ont découvert ce site de nidification sur leur propriété.

Connaissant ma passion pour la photographie des animaux sauvages, ils m'ont gentiment autorisé la construction d'un affût, pour réaliser des photos de Martins-pêcheurs.

Le Loing avec ses berges de terre sableuse, et abruptes, offre de très nombreuses possibilités de nidification à ce joyau du monde animal.

La densité de couples de Martins-pêcheurs entre Moret-sur-Loing et Nemours est une des plus importante de la région.


Martin_pecheur_00

 

Martin_pecheur_01

 
J'ai donc profité de la morte saison, pour installer cet affût. Comme vous allez vous en rendre compte, il est fait pour durer  plusieurs saisons !
Il va sans dire, que, sans l'autorisation qui m'a été donnée, je n'aurais pu réaliser ces travaux, qui nécessitent du bois d'œuvre.
Mon gros problème, était de construire un affût modulable , c'est  à dire  me permettant de réaliser des clichés, en période d'étiage ou de crue de la rivière.

Le Loing est très sensible aux précipitations, deux ou trois jours après de fortes pluies, le niveau monte très rapidement.
J'ai donc copié le système des lavoirs installés sur les bords des  cours d'eau au débit fluctuant .

Il s'agit d'un plancher pouvant être relevé ou abaissé, grâce à des chaînes, suivant le niveau de l'eau.


Lavoir_de_gorron

Photo provenant de:http://lavoirsdelamayenne.ifrance.com/

 


Nous apercevons deux des quatre chaînes permettant de monter ou descendre le plancher.


Mais voyons tout d'abord le site de nidification. le point rouge vous indique le trou d'accès au nid.


Affut_martin_pecheur_4


J'ai tout d'abord construit une structure destinée à supporter le plancher mobile.

Quatre pieux enfoncés dans le fond de la rivière, et maintenus par des entretoises.


Affut_martin_pecheur_6

 


Affut_martin_pecheur_7

 


20081003_bricolages_jp_affu


En rouge les quatre pieux, en vert les entretoises, en jaune les quatre chaînes.

Le dessus de la structure est recouverte par un toit,


Affut_martin_pecheur_8


Le plancher mobile est construit à l'intérieur de la structure, à l'aide de rondins, et de planches de palettes.

Il sera coupé après sa construction, c'est à dire raccourci aux extrémités, facilitant la descente ou la montée entre les pieux verticaux .

Cette solution permet d'éviter les manipulations pénibles d'une construction réalisée sur la berge.

Seules deux planches sont clouées en avant et en arrière du plancher, les autres planches sont mobiles, permettant de réaliser soit un siège pour l'affût assis, soit un châlit pour l'affût couché.

Les chaines sont fixées aux pieux, puis au plancher, le réglage s'effectue grâce à des mousquetons.


Affut_martin_pecheur_9


Toute la structure est recouverte de toiles et de filets camouflés, puis de végétation.

Il est en effet primordial, que le photographe, soit placé dans l'obscurité. Dans le cas contraire, le moindre mouvement peut être détecté par les oiseaux.

Signalons tout de même que le Martin-pêcheur n'est pas un animal particulièrement farouche, mais ...

Le camouflage comme bien souvent en "chasse" photo, sert à éviter les curieux, je parle des humains.

En effet une toile rouge verte ou jaune fait tout aussi bien l'affaire. Ce qui compte, c'est que l'animal s'habitue à cet édifice et l'inscrive dans sa "bibliothèque" visuelle.


Affut_martin_pecheur


Affut_martin_pecheur_3


Et voilà, il ne reste plus qu'à attendre les beaux jours pour réaliser le scoop ! En espérant qu'il n'y ait pas de crues importantes et que tout soit embarqué !

Je profite de la mise à jour des articles, aujourd'hui 26 novembre 2009, pour vous glisser quelques photographies réalisées avec cette installation.


Martin-pêcheur_photo_jean_paul_lahache (1)  


Martin-pêcheur_photo_jean_paul_lahache (2)  



Martin-pêcheur_photo_jean_paul_lahache (3)  


Martin-pêcheur_photo_jean_paul_lahache (4)  



Martin-pêcheur_photo_jean_paul_lahache (5)  



Martin-pêcheur_photo_jean_paul_lahache

 

À bientôt sur photonaturefontainebleau les amis.

Publié dans : -Chasse photo
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires

-

 

Comment essayer de passer inaperçu dans le monde animal.


 

Constat.

Le brame finissant  me révèle une fois de plus l'extrême méconnaissance du monde animal chez certains photographes naturalistes.
C'est généralement lors de billebaude que je rencontre, ou plutôt que j'évite, ces apprentis photographes (il n'y a là aucun jugement péjoratif).
L'utilisation du vent et sa connaissance forment pourtant un des piliers de la photographie animalière.

 

L'odorat.

Cette "capacité" de détection ne semble appartenir qu'aux mammifères, en effet les araignées, papillons, et autres petits peuples de l'herbe nous détectent de mille autres façons.

Pourtant les moustiques détectent notre odeur !

Les odeurs ne semblent pas  concerner les oiseaux, bien que le pigeon voyageur  soit capable dit-on, de reconnaître son territoire à l'odeur.

Les poissons ne sont pas privés d'odorat puisque le saumon retrouve son lieu de naissance grâce à son odorat.

 

Comme je le dis souvent il est difficile, dans la Nature, d'établir des règles.

 

Les fosses nasales sont le véritable "siège" de la détection des odeurs, les récepteurs placés là analysent en permanence les produits dispersés sous forme de gaz, ou d'aérosols.

Cette zone porte le nom d'épithélium olfactif.

Comparez ces charmants "minois" et la longueur de leurs fosses nasales !


 

20070000_mammifere_sanglier


 

Brame20081003017ok


 

20071229_power_divers_manne


 

Il est évident que certains sont largement favorisés dans le domaine de la détection !

 

Comment organiser une sortie photo.

Voici la façon dont j'organise mes sorties photographiques.
J'entends déjà certains grincheux dirent que je ne devrais pas donner de tuyaux à ceux qui nuisent à la Nature.

Il faut savoir que les personnes "nuisibles" à notre environnement et plus particulièrement à la nature, connaissent sûrement plus de choses sur elle, que les doux rêveurs arpentant les chemins de campagne en fin de semaine.

Robert Hainard grand naturaliste, l'affirmait lui aussi.


 

Hainard

Robert Hainard etJacques Rime, extrait e : http://www.lagruyere.ch/archives/2006/06.04.13/gruyere2.htm


 

La météorologie.

Je consulte tout d'abord la météo.

À la rubrique météo France, je choisis la carte des vents prévus pour le lendemain.

En général les prévisions sont assez fidèles, plus en tout cas que celles concernant les précipitations.

Ne cherchez pas, à connaître les prévisions au delà de trois jours, ce domaine est réservé aux voyantes.


 

20080926_093

Copie d'écran site de météo France : http://france.meteofrance.com/france/accueil


 

Puis je consulte une girouette, installée dans mon jardin.

Elle me donne la direction du vent au sol.

Il est très fréquent d'observer au sol, ou plutôt entre 1 et 3 m de hauteur, des vents différents de ceux soufflant à très haute altitude.

Cette girouette très simple à réaliser est constituée d'une perche surmontée d'une tresse de 1 a 2 mètres de longueur flottant au vent.

Un vent très léger, inférieur à 1 km/h, décelable simplement par le souffle produit sur le visage, est révélé par mon bricolage.

 

En pratique.

Connaissant la direction du vent et seulement à ce moment là, j'organise ma sortie, c'est à dire que je me rends aux affuts prévus pour ce type de vent.

Chaque affut est prévu pour être utilisé par vent d'ouest, d'est, de sud, etc.

La direction du vent conditionne également mon lieu de stationnement.

Une fois sur le terrain j'utilise à nouveau un morceau de tresse pour contrôler la direction du vent.

Il se peut, en effet, qu'un vent détecté comme venant d'une direction chez moi, surtout s'il est supérieur à 10 km/h souffle très légèrement dans une autre direction en forêt.


 

20081012_diversbis010


 

Particularités des vents à Fontainebleau.

Voici un extrait de carte de la forêt de Fontainebleau sur laquelle sont matérialisés en rouge les chaos rocheux.

Ils ont une orientation bien particulière, tous, à de très rares exceptions sont orientés est, ouest.


 

Cahos_rocheux_fontainebleau

 

À chaque changement de direction, le vent tourne durant des périodes de 12 à 24 heures, avant de se stabiliser.

Le même phénomène se produit lorsque les vents viennent du sud ou du nord (plus rare).

En arrivant sur certains points, comme ceux mentionnés sur la carte, ils rencontrent des reliefs peu élevés mais suffisant pour les faire tournoyer.

 

Le vent et les animaux.

En règle générale les animaux n'aiment guère le vent, du moins le vent fort, ils cherchent toujours à s'en protéger.

J'ai remarqué que lors d'épisodes particulièrement venteux, les animaux se font plus rares.

Lorsqu'ils ne sont pas dérangés, ils semblent utiliser le vent, pour se déplacer.

Les déplacements semblent conditionnés par la direction du vent, ils progressent le nez au vent, ce qui paraît tout à fait logique

Mais attention comme dit plus haut il ne peut y avoir de règles définitivement établies dans la Nature.

 

Les odeurs.

Il est inutile de se déplacer le vent dans le dos, les animaux vous sentent et fuient. On a beaucoup écrit sur les distances à laquelle un animal peut vous détecter, pour ma part je prends cela très à la légère.

En effet cela dépend de la vitesse du vent, des obstacles pouvant influencer le déplacement des particules odorantes, etc .

Ne jamais se déplacer le vent dans le dos.


 

20081012_diversbis006

 

Vous devez vous déplacer nez au vent comme ceci.

 

20081012_diversbis008

 

Quelque soit la situation, c'est un principe à respecter. Inutile de vous placer dans un affût par mauvais vent  (Sauf si cet affût est placé en hauteur) les interstices laissent passer votre odeur et vous êtes éventé. Des heures d'attente pour rien.

Dans le cas précis de l'affût "perché", le cône de dispersion des odeurs se trouve décalé vers le haut, les odeurs parcourent alors une plus grande distance avant de toucher le sol, elles sont fortement "diluées".

Inutile, non plus, de parcourir la forêt avec un vent poussant les odeurs devant vous.

 

Les odeurs et les animaux.

Les jeunes mammifères , passent une partie de leur enfance avec leur mère,  se déplaçant sur le territoire de cette dernière.

La femelle connait le terrain et ses odeurs, une odeur l'inquiète...elle fuit, et le jeune aussi.

Il apprend ainsi à se déplacer, à utiliser le terrain, dans un monde d'images et dans un monde d'odeur.  Lorsque, arrive enfin le moment de son émancipation, il quitte le territoire de sa mère avec une "bibliothèque" d'images et d'odeurs bien remplie.

Arrivé sur son nouveau territoire, c'est à dire un territoire libre, il adaptera sa "bibliothèque" en plaçant les nouveaux éléments nécessaires à sa survie.

Nous savons qu'un jeune animal ne sachant pas s'adapter, meurt. C'est une des règles de l'évolution.

Un animal comme le cerf ou le renard se déplace dans un monde d'odeurs, pour illustrer cela, rendons les odeurs visibles en les comparant à de la brume ou du brouillard.

 

Représentons nous une matinée avec un brouillard dense, et une matinée avec un très léger voile de brume accroché au sol, un peu comme après une pluie d'été.

La matinée au brouillard dense représente les odeurs perçues par le cerf ou le renard, et celle avec un léger voile représente celles que nous percevons !

Il y a autant de différence entre ces deux matinées qu'il y en a entre notre perception des odeurs et celle du cerf ou du renard.

 

Le cerf ou le renard, perçoivent, disons, 200 odeurs différentes et nous 10... (ce sont des chiffres inventés ils ne sont là que pour illustrer mon propos).

Ce chiffre de 10 s'amenuise de jour en jour, en effet nous sommes soumis dans notre vie quotidienne à des odeurs paralysant nos sens olfactifs.

Les parfums artificiels envahissent notre environnement quotidien annihilant notre perception des plus fines et subtiles odeurs naturelles.

Les commerciaux tentent d'ailleurs d'inculquer aux consommateurs qu'une odeur naturelle n'est pas souhaitable dans notre vie de tous les jours, mais qu'une odeur artificielle (avec un coût !) est préférable.

Ces  particules synthétiques, parfumant, les toilettes, les voitures, le corps, les boissons, les parcs de stationnement, les couloirs du métro, etc, se multiplient de jours en jours et ne sont pas sans effets sur la santé.

Certaines personnes affirment que les animaux ont peur de l'odeur de l'Homme, pas tout à fait vrai, pas tout à fait faux !

Si c'était le cas, ici à Fontainebleau, plus aucun animal ne traverserait un chemin, un sentier etc.

Les animaux sauvages sont habitués à sentir l'odeur du cuir, du cirage, de l'urine, de l'essence, de l'huile, du caoutchouc, etc, bref, l'odeur des Hommes.

Ces odeurs sont présentes, dans la "bibliothèque"et la carte olfactive des animaux

 

Mais subtilité, elles sont inscrites en quantité, c'est à dire que :

Un renard chasse sur un chemin, emprunté par des humains, leurs machines, leurs animaux domestiques, etc, il y a présence de milliers d'odeurs étrangères à la nature, pourtant ils ne fuit pas.

Autre exemple.

Un naturaliste emprunte ce chemin son odeur diminue en intensité peu aprés son passage.

Le renard  y passe sans manifester de crainte.

Ce même renard trottine sur un chemin où est caché un naturaliste et son appareil photo, arrivé à peu de distance du photographe, il s'enfuit !

Le renard est donc capable de discriminer les odeurs tant en origine qu'en quantité.

 

 

Éviter les odeurs.

Si il y avait une méthode, un secret, c'est bien simple il n'y aurait plus d'animaux en liberté.

Ils seraient tous en cage, apprivoisés ou dans les congélateurs.

Si vous allez sur la toile, à la recherche, de "produits" éliminant les odeurs, vous en trouverez, si vous chercher les méthodes pour vous rendre invisible "olfactivement" vous trouverez là aussi.

Que valent ces produits vendus à des prix défiant toute concurrence et ces méthodes ?

La seule méthode serait comme je l'ai dit, d'éduquer l'animal à notre odeur, faire entrer dans sa bibliothèque l'odeur inconnue, notre odeur.


 

En guise de conclusion.

Une anecdote qui m'est arrivée il y quelques années.

J'avais installé un affût en forêt près d'une clairière, pour multiplier les chances de réaliser des photographies, j'avais placé non loin de cet affût, un morceau de bois qui pouvait, le cas échéant servir de perchoir à un rapace.

Quelques jours plus tard, trois exactement, je m'en souviens encore très bien, je vois arriver une biche et son faon, dans cette petite éclaircie.

 

Img001

 

Je fût très surpris, au moment où la biche fit un léger saut en l'air,  elle était arrivée sous le vent de ce morceau de bois que j'avais placé là trois jours auparavant.

Je n'avais pas pris de précaution particulière pour manipuler ce "perchoir" et mon odeur était encore présente sur le bois, et elle l'avait détectée.

 

Img004

 

Elle s'est approchée avec d'infinies précautions du morceau de bois que l'on aperçoit à droite de la photo et a porté son museau à quelques centimètres de l'endroit où j'avais posé mes mains.

Tout cela a duré quelques secondes, mais j'étais tellement surpris, que j'en ai oublié de faire des clichés.

J'avais trop peur de mettre fin, avec le bruit du déclencheur, à cette scène que j'ai jugée extraordinaire.

Puis rassérénée, accompagnée de son faon elle a continué à brouter paisiblement, tout en s'éloignant de l'affût.

Je dois dire que des observations comme celle ci, comptent beaucoup dans la vie d'un naturaliste.

 

Vous pouvez également consulter mon billet concernant la maitrise du vent [ ICI]


À bientôt les amis sur photonaturefontainebleau

 

 

LIENS


   

Liens concernant l'odorat des animaux :

 

- Les odeurs chez les animaux

- Maitriser le vent en chasse phot note n°0279

Publié dans : -Chasse photo
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés