PRÉSENTATION

  • : PHOTONATUREFONTAINEBLEAU
  • PHOTONATUREFONTAINEBLEAU
  • : Environnement
  • : Un site au service de la nature de celles et ceux qui l'apprécient. Des articles remettant au goût du jour "la leçon de choses". Guide naturaliste je vous fais partager mes expériences,et mes observations faites principalement au sein de la forêt de Fontainebleau.Vous trouverez également sur ce site des pages consacrées, à l'histoire, à la préhistoire, à la gestion forestière parfois approximative du massif forestier, à la chasse et à ses excès.
  • Contact
  • Retour à la page d'accueil

MODULE de RECHERCHES

LA BOÎTE À DOCU

PHOTOGRAPHIES

DIAPORAMAS SONORISÉS

LES SONS DE LA NATURE

DÉFENSE NATURE

HISTOIRE PRÉHISTOIRE

COUPS DE CŒUR

Fontainebleau le 27 novembre 2011

 

 

 

 

PIÈGES À FAUNE ou COMMENT APPRÉHENDER

LES POPULATIONS ANIMALES

 


 

 

2010.07.02_15_mammiferes_renard.jpg

 

Voici quelques uns des dispositifs existants permettant de détecter, et de suivre, des populations animales en un lieu donné.

Il s'agit vous le remarquerez de dispositifs adaptés principalement aux populations de mammifères.

Si certains relèvent de techniques sophistiquées, d'autres en revanche font  appel à de savants bricolages !

 

 

 

 

TEXTE EXTRAIT DE L'ÉTUDE RÉALISÉE PAR :


SYLVIE VANPEENE-BRUHIER et BENJAMIN BERNE



 

 

 


LE PIÈGE À ENCRE

 

Objectifs

Évaluer l’utilisation des banquettes (promenades à chats) aménagées sur les passages à faune, passages hydrauliques modifiés et autres passages, par les différentes espèces.

 

Description

Détection des franchissements d’animaux par enregistrement des empreintes laissées sur une feuille de papier  près passage dans un piège à encre


Procédure.

Sur la section médiane du passage (pas plus de 100 cm), un mélange de paraffine liquide et de

poudre de carbone est répandu sur une feuille de papier plastifié dont le bord étroit est replié à la verticale. Une feuille de papier est fixée à l’entrée et à la sortie de ce piège à encre. La longueur recommandée du piège est de 50 cm et la longueur de chaque feuille est de 100 cm. Le piège et les feuilles doivent recouvrir la largeur totale du passage. Une fois que les animaux ont marché sur le piège à encre, ils laissent leurs empreintes sur une feuille. Le papier doit être remplacé périodiquement (toutes les semaines par exemple) et les traces peuvent ainsi être analysées au bureau.

 

Variables à enregistrer

Date et heure auxquelles l’étude commence et se termine, conditions atmosphériques, numéro d’identification de l’ouvrage, emplacement, espèces identifiées, sens des traces. L’enregistrement des données de l’infrastructure (dimensions, matériaux, surface, végétation aux entrées, existence de trous, de canaux aux berges abruptes, etc.) permet de déterminer les raisons d’un échec et les besoins des différentes espèces

 

Critères

La présence d’empreintes d’espèces cibles à l’intérieur du passage à faune permet de déterminer l’utilisation de l’ouvrage par chaque espèce cible. La fréquentation (nombre de jours enregistrant un résultat positif par rapport au nombre de jours que comporte l’étude) peut

aussi servir de mesure type.

 

Observations et variations possibles

Cette méthode facilite la mesure de la longueur de l’empreinte et permet d’obtenir des informations concernant l’utilisation du passage par différents individus de la même espèce


 

LISEZ LA SUITE

 

 

 

jourrnal

 


 

 

 

TEXTE EXTRAIT DE L'EXCELLENT SITE :

 

 PROGRAMME RECHERCHE BOREALIS

 

logo.gif

 

 

 

 

 

LE PIÈGE À POILS


Un piège à poils est constitué d’un tapis en fibres végétales (par exemple fibres de coco), épais de deux centimètres environ et découpé selon une taille adaptée à l’espèce étudiée (Fig. 2). Pour le lynx boréal, une dimension de 15 cm×15 cm semble suffisante. Ce carré de tapis est ensuite vissé sur une planchette support (de type contreplaqué) de dimension identique et épaisse de 1,5 cm. Il vaut mieux en effet visser ensemble les deux éléments plutôt que de les coller : l’odeur puissante pouvant être source de désagrément pour les animaux et provoquer l’effet inverse ce de que l’on recherche, c’est-à-dire repousser la faune au lieu de l’attirer.

JPEG - 53.5 ko

Des scientifiques ont testé l’utilisation d’une substance à base de colle pour récolter des poils sur des pièges destinés au lynx canadien mais cette méthode s’est avérée inappropriée. D’une part, les animaux évitaient bien souvent les pièges enduits de cette colle, et d’autre part, l’extraction des poils de la colle posait de sérieux problèmes. C’est pourquoi les fibres végétales d’un tapis ont ainsi l’avantage d’avoir une double fonction : elles servent de support aux produits attractifs testés et leur rigidité permet d’emprisonner en quantité les poils d’un animal tout en facilitant leur extraction. Pour augmenter le côté abrasif du dispositif et arracher un maximum de poils, on peut éventuellement rajouter sur les tapis des fils de fer et des clous tout en s’assurant que cela ne risque pas de blesser un animal.

 

LISEZ LA SUITE  

 

jourrnal


 

 

 

 

TEXTE EXTRAIT DE :

 

  SUIVI DE L'UTILISATION DES PASSAGES POUR LA FAUNE À L'AIDE DE PIÈGES PHOTOGRAPHIQUES


VINCENT VIGNON 

 

 

 

 

 

PIÈGE PHOTOGRAPHIQUE

 

METHODE
Un radar détecte le passage d’un animal et déclenche un appareil photographique à chaque détection. Le radar est également un compteur d’événements qui peut mémoriser les dates et heures jusqu’à 1000 passages.

L’appareil photographique est un argentique avec une focale de 35 mm, flash intégré. Les pellicules photos utilisées sont de haute sensibilité (800 à 1000 asa) afin de
pouvoir prendre des animaux relativement éloignés de l’objectif, tenant compte de la puissance limitée du flash.
La périodicité de contrôle du dispositif peut aller jusqu’à un passage tous les deux mois. La durée des piles du radar est d’au moins une année. Celles de l’appareil photographique durent au moins 6 mois. Le délai entre les visites doit être ajusté en fonction de la fréquentation du passage par la faune pour éviter de dépasser la capacité de prises de vue limitée à 36 poses.

Dans les passages faune, il est peu fréquent d’avoir en moyenne plus d’un évènement par jour. Un ajustement est nécessaire en début de suivi pour déterminer la périodicité des relevés en fonction du rythme d’utilisation des ouvrages.

 

LIRE LA SUITE

 

 jourrnal


 


  À bientôt sur photonaturefontainebleau

 

 

 

Publié dans : -Traces indices
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés